Il y avait 48 ans, exactement …

 

 

 

Gérard Barray et Claude Carliez

Et si on refaisait l'histoire ?

Beaucoup de monde se presse sur la place centrale ! Curieux : on y croise des mousquetaires, des Miladies. Ce sont les membres des troupes colorées «Les lames sur Seine», «La Compagnie d’Armes de Lyon», «La compagnie du Grand Veneur», «l'Ecole Scaramouche». Il y a là une atmosphère “cape et épée”, pour sûr !

Justement, où se trouve notre mousquetaire ? Sous le porche fleuri de la halle, il fait la connaissance du jeune et dynamique Mickaël qui fut le premier à recevoir le trophée «Gérard Barray» en 2007. La photo des deux interlocuteurs en dit long sur l’admiration que le jeune escrimeur porte à son parrain et modèle ! Gérard, qui se rapproche de ses 30 ans à vue d’œil, dédicace photos et affiches avec beaucoup de gentillesse.

Claude Carliez est également très sollicité. Tous les licenciés d’escrime le connaissent et l’admirent ! Nous ne donnerons pas son âge : il a décidé de rester jeune une fois pour toutes et il y parvient !

Mais, attention mesdames et messieurs, le spectacle va commencer. Une haie d’honneur, épées levées, de tous les escrimeurs présents au son de la musique générique du film, accueillent les célèbres invités. Ensuite, une reconstitution des scènes tournées à Pérouges, menée magistralement par «Les Lames sur Seine », sous la houlette du Maître Michel Olivier. Un cheval, «Bouton d’Or», monté par un D’Artagnan convaincant, fait irruption sur la place ! Le héros de Dumas est décidément éternel ! Applaudissements fournis d’un public ravi qui ne demande qu’à rêver ! Le salut final se montre plein de panache !

Vient l'heure des honneurs et des cadeaux ! Médailles d’honneur de la ville remises par Monsieur le Maire, pour les deux hôtes qui sont définitivement adoptés par les Pérougiens.

Monsieur Frédéric Pietruszka, président de la Fédération Française d'Escrime, puis Madame Brigitte Saint-Bonnet présidente de la ligue d’escrime de l’Académie de Lyon prennent tour à tour la parole. Gérard reçoit la Médaille de la Fédération Française d’Escrime. Ce n'est que justice, tant il a fait naître de vocations sportives !

Interviennent également des élus locaux, tel Monsieur Max Rullier du Ministère de la jeunesse et des Sports. Notons enfin la présence du représentant de la Compagnie des Mousquetaires d’Armagnac, Monsieur Charles Saccharin.

Cette magnifique matinée où rien n’aura manqué se termine par une dégustation du fameux “Pousse Rapière” des Mousquetaires, lors d’un apéritif gascon.

Place aux jeunes …

Claude et Gérard salués par une haie d'honneur

A peine le temps de déjeuner, et nous partons pour Saint-Laurent de Mure afin de rejoindre le club des «Mousquetaires Murois» managé par Pierre Monier et son Maître d’Armes, Evelyne Gérardin. L’ambiance est bon enfant. C’est le royaume de l'enfance et de la jeunesse. Les troupes d’escrime artistique qui avaient brillé le matin nous offrent de nouvelles évocations vivantes. La troupe de Carlos Bravo se fend d'un numéro mémorable sur la manière de construire un récit héroïque, tandis que «La compagnie du Grand Veneur» nous offre une chorégraphie sur le thème du Masque de Fer. Une démonstration de ludo-escrime nous est donnée par quelques petits “bouts de choux” saluant déjà de façon académique : «Le ciel, la vie, la terre !». L’escrime handi-sport n’est pas davantage oubliée.

Gérard, on le sait, a interprété les principaux héros d’aventure. Mais il en est un qu’il n’a jamais joué, à son grand regret, Cyrano de Bergerac. Pierre Monier lui offre enfin cette occasion en lui demandant de donner la réplique au jeune Mickaël (Christian) et à la gracieuse Pauline (Roxane). «J’avais plus le trac que pour le bac !» nous confiera le jeune Christian. «Je n’oublierai jamais que Gérard a bien voulu me donner la réplique !» Le comédien nous aura donné une fois de plus la preuve qu’il est resté un acteur dans l’âme !

Enfin vient le moment attendu par tous les jeunes membres du club : la remise des trophées. Faut dire que, cette année, c’est le parrain officiel qui les remet, donnant à l'événement une dimension bien plus grande. Gérard sera très touché d’embrasser tous les petits vainqueurs, demandera à garder le palmarès et, pour la première fois, il offrira le trophée qui porte son nom au jeune Florian Jaillet, très fier et très ému. Teresa sera ravie de remettre le trophée «Teresa Barray » à une jeune compatriote la souriante Marion Delgado. Et Claude d'offrir le trophée «Claude Carliez» à Alban Giordano. Bravo à tous ces futurs mousquetaires !

Pendant l'énoncé du palmarès, deux très jolies surprises attendent notre héros : les comédiennes Perette Pradier et Mylène Demongeot (Milady) ont envoyé chacune un affectueux mot d’amitié à leur partenaire qu’elles n’ont pas oublié ! Gérard lira la lettre de Constance et le mail de Milady avec beaucoup d’émotion dans la voix.

 C'est bien volontiers et avec affection que je vous envoie un petit message affectueux à l'attention de Gérard Barray, mon intrépide d'Artagnan...

Vous lui direz que je reviens d'Ukraine où j'ai reçu un vibrant hommage (ma mère est Ukrainienne et mon premier livre racontait sa vie).

Là-bas, « les 3 Mousquetaires » est un film culte. Tout le monde m'a demandé des nouvelles de Gérard... J'ai dit ce que je savais.

Cher Gérard chacun continue sa route, tu as laissé le cinéma , moi aussi, pendant quelques années mais tu vois, aujourd'hui, je travaille beaucoup et je crois savoir que toi aussi quoique la vie t'ait porté ailleurs, vers d'autres centres d'intêret.

Sois sûr que ceux qui aiment ce film ne t'oublient pas et que leur affection comme la mienne reste grande. Je t'embrasse.

Milady/ Mylène

Avant de se séparer, un tout petit D’Artagnan et une ravissante Milady viennent offrir des présents aux invités prestigieux de ce gala 2009.

Enfin, sur l’invitation de Pierre Monier, Maître Claude Carliez dirigera le grand salut des mousquetaires dans la pure tradition des escrimeurs héritée du siècle de Louis XIII.

Cette belle journée se terminera par un “banquet des Mousquetaires” à l’Hostellerie de Pérouges.