LE CINEMA DE PAPA

de Claude Berri

France, 1971

France, 1971, couleurs, 100 minutes

REALISATION: Claude Berri.

SCENARIO, DIALOGUE: Claude Berri.

IMAGE: Jean Penzer.

MUSIQUE: Lino Leonardi.

MONTAGE: Sophie Coussein.

DECORS: Jacques Saulnier.

COSTUMES: Monique Dury.

SON: Jean Labussière.

MIXAGE: Jacques Maumont.

CAMERA: CLaude Agostini.

SCRIPT: Claudine Gaubert.

MAQUILLAGE: Maud Begon.

CASTING: Margot Capelier.

AST-REALISATEURS: Alain Tourriol, Olivier Mergault.

STAGIAIRE: Jean-Jacques Beineix.

REGIE: Jean Pieuchot.

DIR-PRODUCTION: Alain Coiffier, Claude Ganz.

PRODUCTEUR EXECUTIF: Pierre Grunstein.

PRODUCTION: Renn Production, Columbia Films.

 

INTERPRETES :

Claude BERRI ........................................................................................ Claude

Alain COHEN .............................................................................. Claude enfant

Yves ROBERT ......................................................................................... le père

Henia ZIV ...................................................................................... Betty, la mère

Marianne SUREAU .................................................................................. Arlette

Gérard BARRAY .................................................................................... Richard

Arlette GILBERT .................................................................................... Simone

Prudence HARRINGTON ........................................................................ Sarah

Philippe de BROCA ...................................................................... Jean Timent

Teddy BILIS .......................................................................................... Salomon

François BILLETDOUX ......................................................................... l'auteur

Francis LEMARQUE ............................................................................. Lazarus

Jean-Michel ROUZIERE ............................ le représentant de la Columbia

Maurice ESCANDE ............................................... le vieux metteur en scène

Grégoire ASLAN .......................................................................... le producteur

Micha BAYARD ................................................................................. une actrice

Marie-Pierre CASEY .......................................... la directrice du cours Pigier

Paula DEHELY ............................................................................ Mme.Lavigne

Gabrielle DOULCET ..................................................................... la concierge

Steve ECKARDT .......................................................................................... Low

Sabine HAUDEPIN .................................................................. la petite bonne

Jacques MARIN .............................................. l'acteur jouant le chef de gare

Bernard MUSSON ................................................................ le garçon de café

Jacqueline PIERREUX ............................................ la blonde au restaurant

René LEFEVRE-BEL ........................................ le compagnon de la blonde

Jacques RAMADE ........................................................................... le clapman

Carl STUDER ........................................................... le réalisateur américain

Ray VENTURA ................ le producteur installé sur les Champs-Elysées

 

 …et Adrien CAYLA-LEGRAND, Michel NASTORG ( des amis du père), Henri ATTAL, Paul BISCIGLIA, Jacques MIGNOT, Roger TRAPP, Dominique ZARDI, Robert BERRI, Edouard FRANCOMME, Marcel GASSOUK, Henri GUEGAN ( des acteurs), ), Jean MINISINI(un agent à bicyclette), Jacques Van DOOREN(un danseur), Mick DEJON, Jean-Claude AMYL, Maurice BERNARD, Maurice BUISSON, Claude CONFORTES, Jean GRUAULT, A.J.-C.GRUNSTEIN, Charles MANDEL, Emile STERN, Sacha ROZANOFF, Philippe WEIL.

COMMENTAIRES: Claude Berri nous raconte l’histoire de Claude Langman, c'est-à-dire sa propre histoire.

  Petit garçon de 10 ans, Claude(Alain Cohen) évoque le jour de la naissance de sa petite sœur Arlette (Marianne Sureau). Il se rappelle son manque de disposition pour l’école, son échec au certificat d’études et son peu d’enthousiasme à apprendre le métier de fourreur pour faire comme papa (Yves Robert). Un papa qui rêve d’être un jour celui qui “donne les cartes”, comme il le répétera souvent, et d'assurer un bel avenir à son fils

  Claude raconte également sa maman (Hénia Ziv) , raisonnable, sérieuse et douce. En grandissant, il n’a qu’un rêve : devenir acteur comme ses idoles, Jean Marais et Gérard Philippe. Un jour il a l’opportunité de jouer un petit rôle dans un film, « Les Truqueurs ». A cette occasion, il fait la connaissance de la grande vedette de l’époque, Richard (Gérard Barray).

   Toute la famille, les voisins, les amis (Francis Lemarque , Arlette Gilbert, Teddy Billis) vont voir le film qui finalement n’est qu’un navet ! Mais il y a pire: le jeune Claude n’y apparaît que 7 secondes pour une simple figuration !

  Deuxième chance, pour un deuxième film , mais aussi un deuxième échec. Seul joli souvenir: il rencontre une jeune anglaise, Sarah (Prudence Harington), dont il tombe amoureux. Mais la belle repart dans son royaume.

  Un amour chassant l’autre, il fait la connaissance de Maria. Et comme Sarah revient en France, il se retrouve avec deux femmes ! Que sa vie devient compliquée !…

 Troisième échec, dans une pièce de théâtre cette fois, créée par une relation de passage (François Billetdoux)

  Claude « fait » les castings, rencontre d’autres camarades (Zardi, Gassouk, Berri , Bisciglia) et passe devant de grands noms du spectacle (Maurice Escande ), sans grand succès.

  Une idée lui vient : écrire carrément l’histoire de sa vie, ses rêves, ses déboires amoureux ! Il ose contacter des gens influents (Ray Ventura , Grégoire Aslan), mais aussi Richard avec qui il a noué des liens de camaraderie lors du tournage des « Truqueurs » pour produire ce qui pourrait devenir un film. Bien sûr, il se voit dans le rôle principal …

  Richard, acteur adulé et capricieux, est néanmoins séduit par l’idée originale à condition de jouer le rôle du héros ! Le producteur (Grégoire Aslan) accepte d’acheter l’idée mais à condition que Richard soit la tête d’affiche.

Claude est anéanti :

-« Richard est froid comme un caillou, il est fait pour jouer les amoureux timides comme moi pour jouer Tarzan… »
- « Oui, lui répond son père avec beaucoup de lucidité, mais lui, il donne les cartes et toi tu es une cloche … ».

  Claude imagine, avec chagrin Sarah, puis Maria, dans les bras du comédien séducteur. Pour dérider son fils, Roger fait un numéro très amusant, habillé du peignoir de Richard. C’est le déclic: Claude va écrire l’histoire d’un artisan fourreur qui a l’âme d’un artiste ! Et cet artiste, c’est tout simplement son père ! Il cède le rôle du premier scénario à Richard et vend son premier ouvrage au producteur pour pouvoir envisager le deuxième film.

   Ce film, toute la famille va en rêver …et il se fera ! Mais la rude vie laborieuse qu’aura menée Roger l’épuisera au point de ne pouvoir lutter contre une maladie qui l’emportera pour toujours, sans voir la belle carrière de son fils qui se profile enfin…

  Très belle histoire, tout en tendresse, avec des personnages attachants, interprétés par des acteurs qui jouent bien, et qui nous donne la joie d’apercevoir des visages que le grand public connaît et apprécie: Gabrielle Doulcet, Marie-Pierre Casey, Teddy Billis, Jacques Marin, etc.

  Gérard Barray tient un rôle court, qui ne lui aura demandé que quelques jours de tournage mais qui lui aura donné l’occasion de retrouver son camarade du Cours Simon, Claude Berri, presque 20 ans plus tard. Rôle peu sympathique toutefois, celui d’une grande vedette capricieuse et imbue de sa personne… A ses côtés, deux comédiens facilement repérables: Dominique Zardi et Jacques Ramade.

  Le film a été produit et réalisé par Claude Berri. Un autre metteur en scène avait été prévu mais, au bout de quelques jours, celui-ci n’a pas convaincu son producteur qui a décidé alors de prendre à son compte la mise en scène.

Cliquez sur les vignettes / Hit on the thumbmails / Pinchar en las fotos

(Ed.1.1: 5-2-2008)

haut de page
accueil
menu parent
L'Encinémathèque
alt :