GIBRALTAR

de Pierre GASPARD-HUIT

France, Espagne, Italie, 1963

France, Espagne, Italie, 1963, 97mn, noir & blanc, sorti le 29-1-1964

REALISATION: Pierre Gaspard-Huit.

SCENARIO: Jacques Companeez.

ADAPTATION: Pierre Gaspard-Huit, Robert Thomas.

IMAGE: Cecilio Paniagua.

MUSIQUE: André Hossein.

MONTAGE: Louisette Hautecœur.

SON: Antoine Petitjean.

AST-REALISATEURS: Juan Luis Bunuel, Carlos Duran.

DIRECTION de PRODUCTION: Henri Baum.

PRODUCTION: Serge Silberman, Ciaurriz, Cinematografica Federiz, Ciné Alliance, Speva Films, Tecisa.

 

INTERPRETES :

Gérard BARRAY ........................................................................ Frank Jackson

Hildegarde NEFF .................................................................... Elinor Van Berg

Geneviève GRAD ....................................................................... Cathy Maxwell

Elisa MONTES ............................................................................................. Lola

Claudio GORA .................................................................... le général Maxwell

Fausto TOZZI .............................................................................................. Paoli

Bernard DHERAN ..................................................................... Harry Williams

…et George MARTIN, Madeleine CLERVANNE, Jean OZENNE, Jacques SEILER

 

COMMENTAIRES: Le lieutenant Frank Jackson, (Gérard Barray) de l’armée de sa gracieuse Majesté britannique, est en garnison à Gibraltar. Sa vie est pour le moins désordonnée et le général Maxwell (Claudio Gloria) lui en fait le reproche.

  La fille de ce général, la ravissante Cathy (Geneviève Grad), éprouve pour lui de tendres sentiments. Mais Jackson a une liaison avec une jolie danseuse espagnole, Lola, (Elisa Montes) qui se produit dans un bar à Tanger.  

  Le Général met en garde Jackson qui est sur une bien mauvaise pente (jeux, endettement,  etc…) d’autant plus que la situation est grave. De mystérieux attentats se produisent à bord de bateaux anglais. L’Intelligence Service est sur le coup !

  Jackson ne semble pas se soucier de ce contexte alarmant et continue à jouer, jusqu’à perdre tout son argent. Dettes de jeux, dettes d’honneur… Un honneur qu’il ne peut assumer ! Il se cache chez Lola,  traqué par ses créanciers.! Lola lui parle d'un individu qui pourrait éponger ses dettes contre des renseignements militaires importants.! Frank, d’abord indigné d’une telle proposition, finit par trahir son pays en photographiant en cachette des documents officiels au cours d’un bal donné par le Général Maxwell… Le scandale éclate ! Il est pris et emprisonné pour 20 ans dans les cachots militaires anglais de Gibraltar…

  Effondré, il songe au suicide mais voilà qu’une occasion lui est donnée de s’évader … Il n’hésite pas et réussit à retraverser le détroit et à rejoindre Lola … Il mène alors une vie de paria … Ayant tout perdu, il se résout à entrer dans le réseau d’espions de la belle Elinor, (Hildegarde Kneff) officiellement directrice d’un institut de beauté, et de son sinistre accolyte Paoli (Fausto Tozzi), un réseau qui perpétue les attentats contre les cargots anglais…

  Le jeune lieutenant, peu fier d'être passé sous les ordres de cette malsaine organisation, s’enivre dans les cafés du port et provoque une rixe sanglante. Il est arrêté par la police marocaine qui le conduit au commissariat central.

  Rebondissement formidable, il est accueilli de façon très amicale par ses supérieurs militaires (Bernard Dhéran) et par les représentants de l’Intelligence Service  … On découvre ainsi que le jeune lieutenant n’est pas un traître mais un agent spécial qui a réussi à s’infiltrer dans le réseau ennemi pour le neutraliser … Un second plan est arrêté avec la complicité de la police marocaine…

  Jackson reprend son rôle de traitre et parvient à découvrir le mystère des attentats … Cachés dans des boîtes de sels de bain, des explosifs très concentrés, mélangés au charbon, font exploser les chaudières des bateaux. Jakson donne l’alerte mais le responsable-radio espion (Jacques Seiler), grièvement blessé, réussit à débrancher le poste clandestin et à avertir le réseau…

  Elinor, folle de rage, décide de faire exécuter Jackson sur le champ … Lola prévient la police qui intervient in extremis.

  Une terrible bagarre s’engage … Elinor, vaincue, préfère périr sous les décombres plutôt que de se livrer. Mais, touchée, Lola meurt dans les bras du beau lieutenant .

  Ce dernier, bondissant comme à son habitude,  réussira à empêcher que le « City of London », gros bateau anglais,  explose.

   C’est au cours d’une superbe cérémonie très british que le Lieutenant recevra le grade de Capitaine, sous le tendre regard de Cathy.

  On reconnaîtra dans ce très agréable film de ces années 60,  aux multiples rebondissements,  d’excellents  seconds rôles comme Jean Ozenne, Jacques Seiler - que Gérard aura rencontré dans plusieurs films - et  Madeleine Clervanne.

Gérard Barray nous a fait cette confidence à propos de cette malicieuse dame avec qui il entretenait une affectueuse complicité : «Madeleine Clervanne ! Je l’avais connue au Cours Simon ; elle n’était pas mon professeur attitré mais elle aimait bien me recevoir dans son cours. Elle tient un  rôle dans le film ‘Gibraltar’ que nous  tournâmes en partie à Madrid . Heureux de la retrouver pour de nouvelles répliques, je la promenai un peu partout, Tolède, corridas, boîtes de flamenco… Elle était ravie…un souvenir formidable pour tous les deux ».

  Enfin notre héros aura retrouvé avec plaisir Bernard Dhéran et la jolie Geneviève Grad, déjà rencontrés tous les deux sur le tournage du « Capitaine Fracasse ».

Ce film aura su attirer un public conséquent puisque, rien qu'en France, 1 017 685 spectateurs  auront été séduits par l'intrigue !

Cliquez sur les vignettes / Hit on the thumbmails / Pinchar en las fotos

(Ed.1.1: 7-1-2008)

haut de page
accueil
menu parent
L'Encinémathèque
alt :