Parce que c'étaient eux, …
Parce que c'était moi …

 

 

 

Frédéric DardFrédéric Dard

Gérard est choisi pour être le commissaire San Antonio à l’écran, aux côtés des amusants et sympathiques Jean Richard et Paul Préboist.
Il fait à cette occasion, la rencontre de Frédéric DardFrédéric Dard, l’auteur et créateur du personnage qu’il va incarner.
C’est une longue amitié qui va réunir les deux hommes, et Frédéric dédicacera à Gérard un de ses romans de la série des San Antonio, Si Maman me voyait.

Gérard deviendra un proche de toute la famille du célèbre romancier et sera membre d’honneur de l’association des « Amis de San Antonio », titre qui lui tient à cœur comme on peut s’en douter.

Liens

Remarque : Le dessinateur Michel Gourdon s’est inspiré des traits de Gérard pour illustrer les couvertures de certains romans San Antonio.

Antonio
Isasi Isasmendi
Antonio Isasi Isasmendi

Le film « Scaramouche » fait rencontrer les Antonio Isasi Isasmendideux hommes qui sympathiseront très vite. Ils produiront ensemble The Summertime Killer. Tous deux continuent à échanger et à se voir, le réalisateur habitant Ibiza, les deux amis se rejoignent parfois.

 

Alexandre KarineAlexandre Karine

Cascadeur russe, fan de cape et d’épée et admirateur de Gérard. Installé en France, les deux hommes seront devenus proches et Alexandre aura écrit après avoir vu Scaramouche cette phrase qui aura énormément touché son ami « Gérard, une épée dans la main, c’est comme un oiseau ! ».

Remarque de l'intéressé: « C’est beau non ? »

Pierre MonierPierre Monier 

Fine lame tout autant que fine plume, il est le filleul de Gérard dans la confrérie des Mousquetaires d’Armagnac et dirige le Pierre Monierclub d’escrime les Mousquetaires Murois dans les environs de Lyon.

 

Ginette GarcinGinette Garcin

Gérard garde une grande affection pour cette facétieuse comédienne qui l’a connu à ses débuts quand il se produisait dans les cabarets et n’a pas oublié qu’elle l’avait hébergé à son retour du service militaire.

 

Madeleine
Clervanne
Madeleine Clervanne,

Sans être son professeur direct au cours Simon, elle l’aimait bien et Gérard retrouvera avec plaisir cette dame drôle et piquante lors du tournage de Gibraltar.

 

Jean MaraisJean Marais

« Mes rapports avec Jean Marais ont tout de suite été excellents…. Jean Marais était un homme gentil, pas seulement avec moi, avec tout le monde. Sérieux aussi mais avec de l’humour ! Il disait : ‘Je demande que l’on prenne soin de moi comme on prend soin de la caméra’… Jean avait une force herculéenne. Il m’a dit qu’il n’avait jamais fait de gymnastique, rien du tout. En plus de cette force naturelle, il était insensible à la douleur ! Du coup il avait tendance à porter les coups à fond. Il avait évidemment une grande expérience de l’escrime au cinéma ; Moi c’était mon premier film !

 Un jour, je prends Claude Carliez à part : ‘Ecoute Claude, si un jour dans ce Jean Maraisballet que nous faisons de l’escrime, j’oublie de venir à la parade, il va me couper en deux !’Je n’osais pas en parler au Grand Jean Marais… Claude s’en est chargé… A partir de ce moment là, Jean amortissait un peu les coups.

Au cours de la bagarre finale du capitaine Fracasse, j'ai envoyé à la figure de Jean tout ce qui me passait sous la main, une bûche enflammée, une hallebarde, une hache, un tabouret... J'avais peur, je l'avoue, de le blesser. Mais il a tout esquivé. 

Après le tournage, j’eus l’occasion de le revoir chez lui, dans sa belle propriété de Milly la Forêt, avec Geneviève Grad, et nous fûmes merveilleusement traités ».

Jean Marais avait beaucoup d’admiration pour sa jeune et ravissante partenaire et aurait souhaité une histoire d’amour entre elle et Serge, son fils adoptif. Gérard se souvient qu’il servait un peu de chaperon. Mais la romance ne devait pas s’écrire !

Guy DelormeGuy Delorme

« J’ai pu parler au téléphone à Guy, déjà très malade et ça a été très émouvant… ‘Pardaillan ! Mon Dieu que de souvenirs ! ...’ Il avait déjà une voix très fatiguée et le lendemain, il est rentré à l’hôpital et il est mort en décembre 2005. Cela m’a fait beaucoup de peine évidemment, parce que Guy, autant il était méchant à l’écran, autant c’était un type merveilleux dans la vie. …Il a presque toujours eu des rôles de méchants… J’ai une anecdote : Je l’avais tué à la fin du premier « Pardaillan », et comme nous avons fait une suite, Bernard Borderie et moi nous sommes dit que nous ne pouvions pas la faire sans Guy DelormeGuy, alors nous l’avons ressuscité. »

Propos confiés par G. Barray à la revue Escrime Passion N°3.

Claude Carliez Henri Cogan Claude Carliez et Henri Cogan

« J’ai beaucoup travaillé avec Claude CarliezClaude avant le Capitaine  Fracasse ; je n’avais jamais touché une épée. Puis pour les trois Mousquetaires, notre contrat nous obligeait à suivre 3 mois d’entraînement au stade Géo-André.

Claude montait les combats d’escrime. Henri Cogan, qui nous a quittés en 2003, avec qui je suis resté ami montait les bagarres.

Nous allions donc faire de l’athlétisme avec Henri Cogan, puis du cheval et enfin de l’escrime avec Claude, tous les jours pendant 3 mois. Nous sommes arrivés sur le tournage en pleine forme. »

Propos confiés par G. Barray à la revue « Escrime-Passion N°3 »

Jean CarmetJean Carmet

Gérard raconte plaisamment, alors qu’il était en Guadeloupe, que son fidèle Planchet était venu le voir. Jean Carmet avait eu envie de voir son « copain Barray ».

 

 

Marcel BozzuffiMarcel Bozzuffi

Un bon copain lui aussi, connu au Cours Simon et qui restera son ami jusqu’à son grand départ en 1988. Ensemble ils tourneront Béru et ces dames.

 

 

Alberto MendozaAlberto de Mendoza

Le méchant marquis de La Tour dans Scaramouche est lui aussi son ami ! Les “ennemis” à l’écran auront trouvé le chemin de l’amitié. Gérard garde d’ailleurs un bon souvenir de l’ambiance du film. Séduisant comédien qui se sera aussi illustré dans la Folie des Grandeurs, en incarnant le roi, Alberto de Mendoza d’origine argentine a fait sa carrière en Espagne et a été aussi danseur.

 
alt :